Association Républicaine Poulain-Corbion

Association Républicaine Poulain-Corbion

Après l'Assemblée Générale du samedi 11 janvier 2014

                           

 

 

  L’Assemblée Générale de l’Association s’est tenue de 15 h à 17 h 30 au Temps libre le samedi 11 janvier. Auguste Robin présidait la séance.24 participants.

 Une minute de silence a été observée en hommage à deux adhérents récemment décédés : Monique Giraud, née Poulain de Corbion, est sans doute la dernière personne à porter ce patronyme. Elle avait fait don de son corps à la science.

Jean-Jacques Dupont, décédé brutalement,  était investi dans le théâtre, d’abord à Bourges, puis à Saint-Brieuc.

 

Nos remerciements vont à Philippe Guéniffey, Maire-Adjoint représentant le Maire Bruno Joncour,  pour  sa disponibilité auprès de notre Association et son efficacité dans les échanges que nous avons eus avec la Mairie. Philippe Guéniffey, nous assure avoir de son côté beaucoup appris et tiré agrément  à nous avoir accompagnés pendant son mandat municipal.

 

.L’AG a permis de revenir sur les événements de l’année écoulée marquée notamment par la mise en suspens du projet de reconstruction du monument Poulain-Corbion du fait de l’accusation de corruption lancée contre l’ancien maire de Saint-Brieuc. « Touché en plein vol !» comme le note un journaliste.  « Statue fondue une seconde fois ! » pour reprendre l’expression d’un participant.

 Le projet de reconstruction du monument de 1889, enlevé pour être fondu par l’occupant en 1942, établi par un travail conjoint de la Municipalité et de l’Association, avait pourtant suscité la sympathie et les encouragements des « élus de tous bords ». Une subvention a d’ailleurs été votée par le Conseil Régional, sensible à ce « beau projet » (Lettre du Président J-Y Le Drian). Mais le conseil de St-Brieuc-Agglomération (Président M. Lesage) qui mettait en délibération une subvention, a dû opérer un  retrait suite à la mise en cause, par un élu, de l’intégrité de l’ancien maire de Saint-Brieuc. Le projet est depuis en « stand by ».

 

 Rapports d’activité et financiers sont adoptés à l’unanimité. 92 adhérents à jour de leur cotisation. Celle-ci est maintenue à 8 €. [Vu l’ampleur de l’ordre du jour, le renouvellement du bureau est reporté à une prochaine AG]

On soulignera  en effet la richesse des échanges qui ont porté sur de nombreux points.

 

Le concours d’ historiens de  compétence reconnue par leurs pairs a été sollicité.

 

 Bernard Bodinier, Professeur à l’Université de Rouen, a rendu compte des modalités réelles de la vente des biens nationaux sous la Révolution, apportant un démenti formel quant à la responsabilité de l’ancien maire dans la direction des  enchères : contrairement à ce qui a été écrit, il ne tenait pas le marteau de « commissaire-priseur ».

 Alain Soubigou, professeur à l’Université de Paris1-Panthéon-Sorbonne, a  pointé les faiblesses, erreurs et incohérences d’un auteur qui n’est en aucune façon un historien.

Daniel Jouteux, du Mans, avait quant à lui stigmatisé, dans le livre en question, une offensive contre la mémoire du grand républicain.

On peut retrouver sur le blog de l’ARPC  les contributions de ces historiens.

 

La fonction des monuments dans l’espace public : artistique, politique et éducative.

 

Dans toutes les sociétés, les monuments, outre d’être des réalisations artistiques et esthétiques, ont une fonction mémorielle et éducative. Ils prennent toute leur place dans le patrimoine et sont constitutifs de notre héritage commun.  Il importe donc de les maintenir, de les restaurer et de les transmettre aux générations à venir.

 La non-reconstruction du monument de 1889 par Pierre Ogé, participerait de l’oubli  d’événements marquants de notre histoire locale et nationale, de notre mémoire collective.

 

Il a été noté que l’ignorance des faits d’histoire est une réalité partagée par nombre de nos concitoyens. Cette ignorance s’est notamment manifestée dans une tribune libre du journal municipal Le Griffon-Magazine de juillet-août 2012, signée de deux élus municipaux EE/LV et UDB. On retiendra qu’un droit de réponse « L’ignorance n’est pas bonne conseillère » a été accordé à l’Association qui a ainsi  apporté un démenti aux allégations des deux élus. Le contenu de notre démenti n’a pas pu être contesté.

 

 Il a été rappelé, a contrario, la judicieuse initiative prise par Louis Gautier de faire réaliser en 1989, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française, une assiette commémorative de l’engagement de Poulain-Corbion, ancien maire de Saint-Brieuc puis député de Saint-Brieuc à l’Assemblée Constituante, ayant connu une mort tragique en 1799. Cette assiette (500 exemplaires numérotés), est l’œuvre de l’artiste briochin André Coupé.

 

Y a-t-il un désintérêt des responsables politiques à l’égard de la République ?

 

Les élus et candidats aux élections  ne seraient-ils intéressés que par la « pêche aux voix » ?

On ne peut éluder ces questions qui reposent sur de réels constats expliquant, au moins partiellement, l’amertume d’une grande partie de nos concitoyens au niveau national comme au niveau local, à l’égard des responsables politiques.

 

Sans forfanterie, on peut  souligner que notre Association qui rassemble des adhérents de diverses sensibilités politiques et philosophiques, travaille à contrebalancer ce désenchantement de la République (la res-publica, c’est-à-dire la chose publique). Notre expression publique, nos conférences, nos rassemblements-anniversaire autour de notre histoire et des personnalités politiques (Nicolas Armez, Pradal, Baratoux), des artistes (Pierre Ogé), voire des écrivains (Armand Dayot, Louis Guilloux) qui ont œuvré dans le champ politique ouvert par Poulain-Corbion et son époque, toutes ces actions ont pour but d’entretenir l’esprit citoyen de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

 

Bruno Joncour : « maintien du  partenariat constructif »  avec l’Association :

 

C’est en ces termes que le Maire a résumé sa position, en Conseil Municipal du 19/12/2012, lors du vote d’une subvention pour un film sur Poulain-Corbion par un opposant à la reconstruction de son monument. Ces subventions sont souvent de tradition lorsqu’il s’agit de réalisations touchant à la vie locale, d’autant qu’il s’agit en l’occurrence d’un docu-fiction  par définition fondé pour une large part sur l’imagination du réalisateur qui peut ainsi s’écarter, à bon compte, de la réalité historique.

La reprise du projet

 

 

 

Il faudra dorénavant attendre les élections municipales pour reprendre contact avec la nouvelle Municipalité qui sera issue des urnes. Il est souligné que c’est la Municipalité, maître d’ouvrage, qui doit prendre l’initiative d’une « table ronde » et organiser la coordination des collectivités ( Municipalité, Agglo, Conseil Général). Et ce d’autant que le réaménagement du centre historique de la ville, et de la Place du Général de Gaulle, « Place de tous les pouvoirs » (Magazine du CG22), est à l’ordre du jour. L’Association est disponible pour apporter son concours.

 

La République, est-il rappelé, est affaire de tous les citoyens, de toutes les organisations politiques et associatives, et  la réalisation d’un nouveau monument ne peut se faire sans le concours de toutes les forces républicaines.

 

 

Le financement

 

 

Le coût de la réalisation, sur la base du projet établi par la Municipalité et l’Association, directement inspiré du monument de 1889, approuvé par les Bâtiments de France pour retrouver son implantation initiale sur la Place du Général de Gaulle, a été évalué à 97000 euros sur la base de devis fournis par un sculpteur, par un fondeur et, pour le socle, par l’administration du Lycée Professionnel de Quintin. Même si une partie des travaux donnera lieu à appel d’offres, on peut tabler sur un montant peu éloigné de ce budget global.

 

L’Assemblée ne méconnaît pas les difficultés budgétaires des collectivités territoriales, ni des citoyens-contribuables. Il est donc évoqué, pour couvrir une partie des sommes nécessaires, l’organisation, comme cela se fait souvent en pareil cas,  d’une souscription, dont la Municipalité  prendrait l’initiative avec le concours de l’Association, selon des modalités juridiques qu’il conviendrait d’étudier notamment pour que les donateurs puissent bénéficier de déductions fiscales légales.

 

En conclusion

 

 L’Assemblée enregistre avec satisfaction la déclaration du Maire-adjoint Philippe Guéniffey qui réitère  sa position personnelle et celle du maire Bruno Joncour, « républicain et démocrate »,  tous deux favorables à un nouveau monument Poulain-Corbion.

 

C’est après  le résultat des élections municipales du mois de mars que l’Association sollicitera une audience auprès du Maire élu, et sur la base du mandat confié par l’Assemblée Générale,  lui présentera les propositions ci-dessus formulées.

 

                                                   ***************************

Bonjour Mr Le Moigne,

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt le compte rendu de votre Assemblée Générale. Il est fidèle aux propos que nous avons échangés lors de la réunion de  cet après-midi.

Salutations républicaines 
Philippe GUENIFFEY

Maire Adjoint chargé de l'Environnement, de la Santé, du Développement Durable et des Services Généraux .

Ville de Saint-Brieuc

Ouest-France 12 janvier 2014

140112 Ouest-France.JPG

 

Bonjour,

Merci de m'avoir transmis ce compte-rendu, me permettant de suivre l'évolution du dossier. Evolution qui laisse à désirer bien sûr mais qui permet d'envisager une remise en route du processus.

    L'avis donné par plusieurs historiens (que vous m'avez fait suivre à ce moment là) a mis fin, à mon sens, aux débats quant à la probité de Mr Poulain-Corbion. C'était le point qui avait fait surseoir aux vote des financements.

    Entre temps, la crise s'est profondément installée dans nos collectivités, aussi votre idée d'organiser une grande souscription devrait lever les derniers points d'achoppement.

    Vous avez soulevé durant votre assemblée générale le projet de rénovation du centre-ville, projet qui semble-t-il est commun à l'ensemble des candidats (républicains s'entend) et qui va effectivement être une occasion à saisir pour penser l'intégration du monument dans son environnement.

    Il reste du pain sur la planche mais tout semble concourir à la bonne réalisation de ce projet républicain. C'est pourquoi c'est en toute sérénité que je souhaite à votre association une excellente année 2014.

 

Je vous souhaite également à vous même ainsi qu'à vos proches une bonne et heureuse année.

 

Cordialement

 

…………………………………………………………………………………

Bonjour,

Pas de soucis pour diffusion (avec ou sans nom), je ne dis que ce que je pense et j'assume ce que je dis. J'ajouterais que j'estime qu'à l'heure actuelle les valeurs de notre République sont en danger et qu'il faut mettre en oeuvre tous les moyens (conformes à ces valeurs) pour les défendre. La reconstruction d'un symbole de la République fait partie de cette démarche.

Cordialement,

Christine

 

 

 



15/01/2014

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres