Association Républicaine Poulain-Corbion

Association Républicaine Poulain-Corbion

La mort de Poulain-Corbion par Anne Lebel

              Histoire de Saint-Brieuc et du pays briochin

                                                Privat 1991

        

               Sous la direction de Claude Nières

             professeur à l’université de Rennes II

 

La mort de Poulain-Corbion vue par Anne Lebel Directeur des archives municipales de Saint-Brieuc.

 

 (…) Après quelques décades de calme relatif, les enlèvements, assassinats, coups de force provoqués par les chouans reprennent et, à la veille de l'été de 1799, la guerre civile est imminente.  Les bandes rebelles insaisissables se dispersent devant les colonnes mobiles et sèment la terreur dans le département.  A Saint-Brieuc, où la loi des otages est appliquée, l'inquiétude grandit : les administrateurs savent qu'un nouveau coup de force est prévu pour délivrer les détenus politiques.

 Mais, le 5 brumaire (27 octobre), c'est la surprise.  Vers trois heures du matin, 800 hommes investissent la ville et se dispersent dans les rues tirant sur ceux qui essaient de sortir ou sur les fenêtres éclairées.  Pendant ce temps, un groupe envahit la prison dont la cloche sonne l'alarme et un autre commence le saccage de l'administration départementale.  Au petit matin, les troupes sortent enfin des casernes et repoussent les rebelles qu'elles poursuivent jusqu'à la forêt de Lorges où les chouans perdent une trentaine d'entre eux.  A Saint-Brieuc, ce sont neuf Briochins qui viennent de perdre la vie, dont Poulain Corbion, commissaire' auprès de la municipalité et ex-constituant.  Pendant ce temps, a Paris, Bonaparte prépare activement le coup d'Etat du 18 brumaire qui donne naissance au Consulat.

 



14/03/2012

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres