Association Républicaine Poulain-Corbion

Association Républicaine Poulain-Corbion

Résolution adoptée à l'AG du 25/03/2010

Association Républicaine Poulain-Corbion

 

                                   Résolution

 

L'Assemblée Générale réunie à Saint-Brieuc le jeudi 25 mars 2010 :

 

1. Se félicite de l'engagement du Maire de Saint-Brieuc, Bruno Joncour et du Conseil Municipal de la ville avec ses différentes composantes, à ériger un nouveau monument à Poulain-Corbion, en remplacement de celui inauguré en 1889 devant l'Hôtel de ville (œuvre majeure de l'artiste Pierre Ogé) et enlevé par les Allemands en 1942.

 

2.En conformité avec l'avis exprimé en ce sens par Bernard Ogé, petit-fils du sculpteur, l'Assemblée Générale se réjouit que le vœu d'une reproduction à l'identique du Monument de Pierre Ogé ait été repris par le groupe de travail qui s'est réuni le 15 mars sous la présidence de Philippe Guéniffey Maire-adjoint représentant Bruno Joncour .

 

3.Au sujet de l'implantation du nouveau monument, l'Assemblée Générale souligne  un certain nombre d'arguments dont la prise en compte est  nécessaire au bon choix de son emplacement :

 

-          C'est sur l'actuelle place du Général de Gaulle que Poulain-Corbion et une dizaine de Briochins ont trouvé une mort violente lors d'une incursion de Chouans dans la nuit du 25 au 26 octobre 1799, comme le rappelle (« ..Ici dans la nuit du 4 au 5 brumaire an VIII… »)  la plaque  apposée sur le mur de la cathédrale.

 

-           Le monument érigé en 1889 était placé devant  l'Hôtel de ville inauguré cette même année. Ceci dans la volonté symbolique d'associer la Mairie avec la représentation de Poulain-Corbion qui fut maire de 1779 à 1789, avant d'être élu par les Briochins député aux Etats Généraux de Versailles, puis à partir de 1795 représentant du Gouvernement de la République auprès de la municipalité.

 

-          L'actuelle place du Général de Gaulle (ancienne place du Pilori devenue Place de la Liberté sous la Révolution donc du vivant de Poulain-Corbion) a toujours été dans l'histoire de Saint-Brieuc le théâtre par excellence de l'expression politique du chef-lieu du département, place sur laquelle donnent avec l'Hôtel de ville, les locaux du Conseil Général et ceux de la Préfecture.

 

-           Il importe ici de souligner que Poulain-Corbion, après avoir été maire de la cellule de base de la démocratie qu'est la commune, vota, en remplacement des provinces de l'Ancien Régime, l'institution des départements administrés par les  Conseils Généraux. Enfin c'est en tant que  Commissaire du gouvernement, aux attributions assimilables  à celles de Préfet, qu'il trouva la mort. C'est donc  aux 3 instances de la République (Commune, Conseil Général et Préfecture) réunies autour de la place du Général de Gaulle que sont  attachés la mémoire et l'engagement de Poulain-Corbion.

 

-          Par ailleurs c'est sur cette place que se déroulent toujours actuellement les rassemblements à caractères politiques, syndicaux, sociaux et humanitaires. C'est  sur cette place que s'exprime le mieux la citoyenneté briochine.

 

Il s'agit donc là d'un certain nombre de raisons tenant à la mémoire des événements du passé de la ville, au souci  esthétique et à la  valorisation du patrimoine, ainsi qu'à la charge symbolique de l'engagement républicain de Poulain-Corbion comme celui des promoteurs du monument de 1889, qui plaident en faveur de la  réimplantation du nouveau monument sur l'actuelle place du Général de Gaulle.

 

Prenant conscience  des contraintes matérielles de circulation automobile ou de parking, l'Assemblée Générale estime malgré tout, qu'elles ne doivent pas faire obstacle à la judicieuse implantation du monument. D'ailleurs, si le monument n'avait pas été enlevé sous l'Occupation  en 1942, il serait bien toujours en place. Les problèmes liés au stationnement et à la circulation des véhicules  peuvent  trouver une solution, notamment dans le cadre du réaménagement prévu depuis longtemps du centre historique de la cité.

 

L'Assemblée Générale décide en conséquence qu'une délégation demandera à être reçue par Monsieur le Maire pour argumenter en ce sens auprès du premier magistrat de la ville. 

 

                                                *****************************

 



11/04/2010

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres