Association Républicaine Poulain-Corbion

Association Républicaine Poulain-Corbion

La mort de Poulain-Corbion dans l'Histoire socialiste de la Révolution française .

 

La mort de Poulain-Corbion dans l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jean Jaurès (Tome V.  Gabriel Deville)

 

 

 

« …. il y eut quelques petites affaires qui furent les débuts de la troisième guerre des Chouans. La plupart du temps, les soldats républicains eurent l’avantage ; toutefois ils éprouvèrent des échecs, le deuxième jour complémentaire de l’an VII (18 septembre), dans la Manche, à Pontorson, et, le troisième jour complémentaire (19 septembre), dans la Loire-Inférieure, du côté d’Ancenis. Quelques jours avant, d’après un rapport du ministre de la police au Directoire sur le mois de fructidor (août-septembre) (Aulard, L’état de la France en l'an VIII et en l’an IX, p. 3), les Chouans avaient « pillé le produit des manufactures de Cholet et brisé les métiers » ; ils avaient menacé, le 20 vendémiaire (12 octobre), une autre localité de l’Anjou, Chalonnes, et s’étaient fait battre. Dans le Maine, Bourmont occupa le Mans le 23 (15 octobre), à trois heures du matin ; ses hommes tuèrent, probablement par amour de l’état-major, le général Simon qui commandait dans cette ville, s’emparèrent des caisses, pillèrent un peu partout, mais renoncèrent à se maintenir dans la ville. Le 28 (20 octobre), les royalistes tentèrent de surprendre Nantes de la même façon ; mais ils durent s’enfuir sans avoir pu enlever ni armes ni argent. Dans, le Morbihan, Cadoudal chercha, le 4 brumaire (26 octobre), à prendre Vannes ; il fut repoussé.

En revanche, le premier Mercier dit La Vendée — il nous était réservé de connaître le second — surprenait Saint-Brieuc le 5 (27 octobre) ; il avait déjà sous ses ordres les surnommés Justice, César et Pierrot (Chassin, les Pacifications de l’Ouest, t. III, p. 406) ; ils n’eurent pas le temps de vider les caisses, mais assassinèrent le commissaire du Directoire près l’administration municipale, Poulain-Corbion, qui refusa de crier : « vive le roi », le capitaine de gendarmerie, trois gendarmes, trois autres militaires ;… »

 

 

 

                                                                      

 

 

 

 

                            



22/09/2011

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres