Association Républicaine Poulain-Corbion

Association Républicaine Poulain-Corbion

Vive la République ! (Poulain-Corbion). Présentation

 

 


Vive la République !
(
POULAIN-CORBION)
par
Edouard LE MOIGNE

Avant-propos de Claude SAUNIER
Sénateur-Maire de SAINT-BRIEUC

Préface de Christian EYSCHEN
Secrétaire Général de la Libre Pensée
Président de la Fédération des Monuments Pacifistes, Républicains et Anticléricaux

 

Poulain-Corbion, maire de Saint-Brieuc en 1789, représentant du Tiers aux Etats Généraux et à l'Assemblée Constituante, périt en 1799 assassiné par des Chouans qui avaient investi la ville de Saint-Brieuc alors qu'il y était Commissaire du Directoire.

En 1889, les Républicains de l'époque érigèrent une statue en son honneur en en témoignage de leur attachement aux valeurs incarnées de son vivant, et en en affirmation de leur attachement à une République encore fragile et à l'avenir incertain.

En 1942, sous l'Occupation, et avec la connivence des autorités de Vichy, les Nazis firent démonter la statue pour en récupérer le bronze.

Et depuis, à l'exception d'une plaque apposée sur le mur de la Cathédrale, Poulain-Corbion est passé aux oubliettes de l'Histoire.

Le travail d'Edouard Le Moigne s'attache à réhabiliter la mémoire du Révolutionnaire et Républicain ainsi que celle de son monument.

Claude Saunier Sénateur-Maire et historien de formation s'interroge dans l'avant-propos "sur les mécanismes et la signification de l'oubli historique" soulignant au passage que le débat dans lequel s'inscrit le présent travail relève "d'une véritable culture démocratique locale" qui demeure "l'arme la plus efficace contre l'enlisement dans la pensée unique".
"L'adresse de Poulain-Corbion à ses concitoyens,
poursuit-il, nous pose quelques questions qui renvoient au présent autant qu'au passé : le sujet est glorieux, le style allègre, la lecture joyeuse".

La préface "Pour Marianne" de Christian Eyschen Secrétaire Général de la Libre Pensée et Président de la Fédération des Monuments Pacifistes, Républicains et Anticléricaux, met elle l'accent sur ce que la vie de Poulain-Corbion permet d'appréhender."Elle retrace une page d'histoire méconnue qui éclaire d'un jour véritable et lumineux ce que fut la Révolution française".
L'engagement de Poulain-Corbion et de ses contemporains dans la Grande Révolution fut en effet un acte volontaire, car ce n'est " nullement forcés et contraints que les Bretons fusionnèrent avec les Parisiens, les Basques, les Provençaux et ceux du Nord. C'est pour l'établissement de la véritable démocratie qu'ils constituèrent ensemble, de manière enthousiaste, la Nation puis la République. Le français devint la langue de tous, car c'était la langue des philosophes des Lumières."

« Vive la République ! » fut l'ultime cri de Poulain-Corbion en l'an VIII. Les vivats de Vive la République! saluèrent l'érection de la statue en 1889 au cours d'une grandiose fête que l'Evêché bouda ostensiblement. Et quand on démonta la statue de bronze en 1942, la Croix des Côtes-du-Nord qui dénonçait la "canonisation laïque" du héros, applaudit aux valeurs qu'on envoyait ainsi "au pilon".

Claude Saunier souligne que "Poulain-Corbion nous lance quelques fortes questions sur la République toujours à définir et consolider" et de son côté, Christian Eyschen remarque que ce ne serait que justice que Poulain-Corbion retrouve sa statue, "justice pour le révolutionnaire républicain assassiné par la chouannerie qui n'a jamais désarmé, nostalgique de l'ordre ancien".

Une double invitation à lire "Vive la République ! (Poulain-Corbion)".




 

 

 

 

 



24/03/2010

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres